Logo Galerie JPM

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  WXYZ

ANDRE DUSSARTHOU

 Accueil
 Livres
  Bronzes
   Tableaux


Rechercher

Une reliure
Un thème
Un éditeur
Un Artiste
Un Auteur

INDEX

   A
   B
   C
   D
   E
      F   
   G
   H
   I
   J
    K
    L
    M
    N
    O
    P
    Q
    R
        S    
    T
    U
    V
       WXYZ  


Que le nom d'André DUSSARTHOU soit peu connu du grand public s'explique en partie par ces mots qu'il écrivait en 1965 : « ...pour enluminer en paix, il faut perdre son nom, du moins pendant le travail ». Aussi, l'œuvre de l'artiste aujourd'hui est abondante et variée, mais volontairement fixée dans un même style, une même époque, celle qui a marqué l'homme, en ses jeunes années, lorsqu'il arriva à Moissac : « C'est à Moissac que tout a commencé », dit-il souvent.
En effet, c'est là qu'il découvrit, s'imposant comme une résurgence du passé, l'architecture romane, majestueuse : ses voûtes et ses  colonnades de pierres de taille, dont les chapiteaux décorés de motifs floraux ou d'entrelacs sculptés déterminent une maîtrise étonnante de l'art architectural au Moyen Age.
Mais, au-delà de ce choc visuel, qui bouleversa l'artiste, c'est tout l'inconscient de l'être qui fut imprégné du désir de transcrire, à sa manière, ce qu'il ressentait au plus profond de lui.
Chaque époque est destructrice de son passé, mais porte en elle le germe de la recréation. André DUSSARTHOU, adaptant aux besoins du présent l'art médiéval de l'illustration, redevient créateur et transmet aux générations à venir une sensibilité personnelle aux œuvres du passé. Emile Mâle a dit de lui qu'il était « un homme du Moyen Age, égaré dans notre siècle ». On ne pouvait mieux définir l'artiste.
Ne faut-il pas de ces « égarés » dans chaque siècle pour faire le lien et rappeler à ceux qui se prévalent de technicités modernes et d'esprit novateur, qu'ils seront à leur tour, dans quelques décennies, devenus des hommes du passé.
L'art de l'enluminure et de la miniature a pu être éclipsé, par moments, au gré des modes et vedettariats suscités, mais il ne peut disparaître, car il exprime : le temps, la patience, le travail, un équilibre de vertus et de valeurs fondamentales que l'art peut atteindre en transcendant la condition humaine. La cote exceptionnelle, atteinte par les manuscrits du Moyen Age dans les ventes aux enchères contemporaines, n'en constitue-t-elle pas une preuve flagrante?
Enluminer, du latin « illuminare », c'est apporter la lumière, et donc embellir l'écriture pour lui donner plus d'éclat. Par comparaison aux livres d'heures enluminés de l'époque médiévale, combien sont tristes, de nos jours, les éditions littéraires qui, sous prétexte de «rentabilité», n'offrent aux lecteurs qu'une présentation banalisée sans attrait.
L'artiste miniaturiste enlumineur, penché sur sa feuille blanche, n'a cure de ces contraintes économiques. Sous la loupe, à l'extrémité de son pinceau ou de sa plume, il se consacre tout entier à son œuvre.
Hors du temps et du monde, de ses doigts experts, d'un geste noble et contenu, il peaufine avec soin chaque personnage, chaque objet, dans une recherche constante de perfection.
André DUSSARTHOU a eu ses heures de gloire médiatique lorsque son ouvrage « Enluminures inspirées par Moissac » fut présenté au Musée des Arts décoratifs, sous l'égide du Secrétaire d'Etat aux Beaux-Arts. Exposition qui connut un grand succès et lui valut les appréciations de François Mauriac et d'autres critiques illustres, ainsi que le prix Catenacci, attribué au meilleur manuscrit par l'Académie des Beaux-Arts.
Depuis DUSSARTHOU n'a cessé d'écrire, de peindre, d'enluminer de nombreux ouvrages, à exemplaire unique pour certains, qui ont trouvé amateurs aux quatre coins du monde. Les rares privilégiés qui le rencontrent, car il est modeste et discret, connaissent la farouche volonté qui l'anime et le passionne pour chacune de ses créations.
Cette édition de LOUIS XI et CHARLES LE TÉMÉRAIRE, abordée voici quelques années déjà, et prévue initialement en un seul volume, a été entièrement révisée sur la demande de l'éditeur, qui désirait lui donner enfin la place de choix qu'elle méritait dans cette belle collection, tant appréciée : LES GRANDS ROIS DE FRANCE.           
II faut s'émerveiller devant une telle ardeur au travail, de cette ouverture d'esprit et de collaboration de l'artiste qui n'a pas hésisté à reprendre, pour une nouvelle répartition l'ensemble de l'illustration.
Ainsi, à travers ce texte passionnant de PHILIPPE DE COMMYNES, l'artiste nous convie à de nouvelles découvertes, car il a su saisir les événements les plus marquants et pittoresques et pour notre  grand plaisir, recrée toute l'atmosphère d'un Moyen Age historique renaissant.

                                                                                                       René JEANNE


Documentations en téléchargement gratuit

L'Iliade par Jacques Martin
L'Odyssée par Jean- Noël Rochut

La Dame de Pique de Pouchkine par Alexandre Alymoff
Князь Игорь - Пушкин - La Dame de Pique - Documentation en russe

Les Normands en l'An Mil par Pierre Joubert

Le Dit du Prince Igor par Pierre Joubert
Князь Игорь - Le Dît du Prince Igor documentation en russe -

Catalogue 2013

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  WXYZ

Contact Jean-Paul MARTIN
06 10 78 78 76 - International: +336 10 78 78 76
galeriejpm@gmail.com

GALERIE -JPM   55 AVENUE MARCEAU 75116 PARIS
Site Web  © Galerie-JPM