Logo Galerie JPM

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  WXYZ

Maurice Martin

1894-1978

 Accueil
 Livres
  Bronzes
   Tableaux


Rechercher

Une reliure
Un thème
Un éditeur
Un Artiste
Un Auteur

INDEX

   A
   B
   C
   D
   E
      F   
   G
   H
   I
   J
    K
    L
    M
    N
    O
    P
    Q
    R
        S    
    T
    U
    V
       WXYZ  

ou

la fidèlite à la Nature

Biographie:

Maurice Martin naît à Mormant, en Ile-de-Françe, le 19 juillet 1894.
En 1910, il arrive à Paris et travaille dans l'entreprise paternelle jusqu'en 1914.
Blessé à Verdun en 1916, il effectue sa convalescence à Lisieux et y réalise ses premières toiles.
Il retourne au front en 1917.
1922 : un mariage à Paris donne naissance
en 1924 et 1925 à ses deux enfants, Henri et Monique.
De 1920 à 1930, il fréquente l'Atelier de la Grande Chaumière, et
de 1928 à 1936 l'Atelier de Pierre Rigaud.
1932 : premières expositions, notamment aux Salons des Indépendants, d'Automne et des Artistes Français.
1936 : prix au Salon des Artistes Français pour Le quai des laveuses à Moret.
Il est alors inspiré par les paysages de la vallée du Loing, dont il partage le goût avec Montezin, leur
permettant de fréquentes rencontres.
1942 : Médaille d'argent au Salon des Artistes Français.
1946 : Médaille d'or au même Salon. Prix Corot. Prix Rosa Bonheur.
1950 : Prix du Maroc et bourse de voyage (1951).
1955 : Médaille d'argent de la Ville de Paris.
1960 : Médaille d'argent du Conseil Général de la Seine.
1961 : Prix de Madagascar et bourse de voyage.
1969 : Prix de Tunisie et bourse de voyage (1970).
1970 : Exposition du groupe « Ecole de Paris actuelle », avec, entre'autres peintres, Berthomé
Saint-André, Bonnefoit, Brayer, Buffet, Carzou, MacAvoy, etc. Salon de la marine. Voyage dans le Sud-
Est asiatique.
Expositions en France et à l'Etranger : Londres, Tokyo, New York, Beverly Hills, Vienne...
1975 : Expositions au Musée Pouchkine à Moscou et Musée de l'Hermitage à Saint-Pétersbourg.
1978 : décéda à Paris le 1er juillet.
Rétrospectives : Galerie Drouant en 1981. Galerie des Orfèvres en 1983 et 1986.
Acquisitions par les différents musées et ministères .
Il a été créé un « prix Maurice Martin » dans le cadre de la Fondation Taylor, dont il était membre.
Ce prix est décerné chaque année au Salon de Moret.


.Maurice Martin participait à tous les grands « salons » mais en homme libre, il présentait ses œuvres aux expositions organisées par « la Société des Artistes Indépendants » et nous sommes fiers de cette présence qui éclairait harmonieusement notre cimaise ; son talent lui permit une généreuse production, vivant
témoignage de son passage parmi nous, qui aidera à perpétuer son souvenir en confirmant que l'honnêteté morale et la sagesse de Maurice Martin ont facilité ses créations dans la sérénité, parce qu'il fut un artiste authentique.
                                                                              ROBERT YAN,
                                                               Président honoraire de la Société des Artistes Indépendants.

-Maurice Martin était très assidu aux cours de P.-G. Rigaud, mon père, dans son atelier, dans les années 29 à 36.
Dans les beaux jours les séances avaient lieu à Montmartre ou sur les quais, surtout les berges de la Seine ; c'était l'époque bénie où les berges du fleuve étaient fréquentées par les promeneurs, les pêcheurs, les peintres et les amoureux.
Quand j'ai connu Maurice Martin j'ai été impressionné par sa taille, sa carrure, sa voix... mais aussi par son talent de paysagiste.
Je n'oublierai jamais ses toiles de Normandie au printemps, compositions empreintes d'une rare et suprême sensibilité - les verts tendres et les rosés s'éclairant de blanc sous la touche légère et franche ; Dieu sait si ces sujets sont ingrats et difficiles à réaliser.
Loin de copier, il interprétait la nature et la lumière en toute liberté. Au cours de sa vie il n'a pas varié dans son jugement, préférant sa vérité intérieure à l'expression d'une mode ; n'est-ce pas là le signe des grands artistes ?
Ce qui frappe chez ce peintre c'est qu'il joue de l'huile avec une telle maîtrise que l'oeuvre nous paraît née sans effort, la vision nette mais mouvante, et tout est dit sans être brutalement affirmé - sa pâte est nourrie et riche, ses coups de brosse font vibrer la lumière.
Un très bel artiste.
                                                                         JEAN RIGAUD, peintre
                                                                        novembre 1991.

Maurice Martin manifesta jusqu'à son dernier jour un enthousiasme tonique, ce surprenant dynamisme qui le portait à communier étroitement avec la Création sous toutes ses formes.
Cette prodigieuse vitalité qui animait le peintre se reflète dans son œuvre, dans la fermeté de ses paysages, dans la belle économie d'une palette qui se fond avec la rigueur de l'écriture pour accorder une sorte d'unité, de synthèse plastique à l'ensemble de l'oeuvre.
Nul effet gratuit, nulle complaisance dans l'évocation de ses forêts, de ses chemins de campagne, de ses vergers, en particulier de ses allègres pommiers en fleurs.
L'artiste n'a pour ambition que de nous restituer intacte l'émotion qu'il éprouve devant son motif, avec cette nuance pourtant : une sorte de pudeur, de politesse foncière, qui le conduit à s'effacer, à s'interposer entre elle et le spectateur. Une telle élégance est la marque des peintres de race.
Sa curiosité le pousse vers la recherche baudelairienne de < frissons nouveaux », mais la qualité de sa sensibilité se reconnaît toujours dans la manière de les transposer.
Les amateurs français emboîtent ainsi le pas des collectionneurs américains et japonais qui depuis longtemps ont su goûter la saveur de son langage.

                                                                            GERALD SCHURR

Les miroirs... domaine auquel je crois...
Un frémissement qui nous imprègne de beauté, ce qu'il ressort de cette beauté...mais c'est aussi une sensualité, celle de la couleur, des audaces vibrantes, d'évasion.
Maurice Martin visionnaire de la Vie et dont il nous laisse des trésors.

                                                                              GEORGES FRANJU

Un homme, un peintre vivant en pleine communion avec la nature, heureux de vivre, heureuxade voir, heureux de peindre ; posant son chevalet par tous les temps devant le motif qui l'avait arrêté.
Vision sensible exaltant la beauté des choses, exprimant toute la vérité de cette lumière baignant la terre qu'il redécouvrait à chaque instant et dont il traduisait si bien l'atmosphère calme, orageuse, trouble ou limpide.
Bords de Loire ou du Loir, Montoire puis Moret, furent pour lui des lieux de prédilection.
Il aimait particulièrement ce mélange d'arbres et de demeures se reflétant dans les eaux transparentes, microcosme d'un bonheur qui a traversé le temps et dont son art de la composition et sa maîtrise du dessin lui permettaient d'exprimer toute la poésie.
Un homme au tempérament généreux, sacrifiant avec générosité son temps et ses forces au service de ses camarades, montrant en tout un dévouement auquel sa modestie et sa gentillesse donnait une valeur humaine incomparable. Il a été membre de notre comité, de 1959 jusqu'à sa mort survenue le 1er juillet 1978.

                                                                                GEORGES CHEYSSIAL
                                                                                Membre de l'Institut.

Pareil à ces pierres dressées que sont les menhirs, qu'il vente ou qu'il pleuve, on pouvait le voir planté devant son chevalet, fiché en cette nature qu'il se plaisait à contempler, qu'il aimait à cerner. Nature à laquelle il porta toute sa vie un amour inextinguible.
Paysagiste de son état, Maurice Martin était avant tout « un homme de vérité " attaché aux élans du cœur, aux émois simples que lui dispensaient le monde des arbres, des ciels, des eaux, et des champs.
Par ses amours, par une constante attention soigneusement entretenue, étrangère aux mouvances de la mode, Maurice Martin se devait de prendre place dans la lignée des grands paysagistes français.

                                                                                ARNAUD D'HAUTERIVES
                                                                                    Membre de l'institut,
                                                                               Conservateur du Musée Marmottan.



Est-il si important de préférer l'abstrait au figuratif, ou réciproquement ? Est-il bien nécessaire de privilégier l'un par rapport à l'autre, et, passant du choix à la passion, de précipiter l'un ou l'autre dans
un sectaire opprobre ?
Ce que nous demandons au peintre, c'est d'associer sincérité et talent au service, soit d'une vision intellectuelle et sensuelle, soit de son interprétation du cadre qui l'entoure.
Et, au bout de ces deux chemins, de nous émouvoir.
Tout au long de sa longue vie, Maurice Martin a posé sans appréhension son chevalet devant les sites
qui l'avaient attiré, captant le signe qu'ils lui envoyaient, établissant cette connivence avec son sujet
qui est^un langage chaque fois repris et chaque fois inventé.
Et il n'a pas hésité à mettre ses pas dans ceux d'autres peintres, à s'arrêter lui aussi à Venise, à Lourmarin, au Maroc, à Eygalières, en pays bigouden, car la vision de l'artiste est chaque fois neuve et le paysage change moins, parfois, que la vision perçue et transmise.
Mais il revenait toujours avec joie vers sa Seine-et-Marne, découvrant, sans avoir besoin de le chercher, le motif au long des berges du Loing, de l'Orvanne, du Lunain, rencontrant l'ombre de Sysley à Moret ou à Saint-Mammès, guettant le clocher de Larchant au-delà des arbres ou des toits de tuiles. Peinture, qui réjouit l'œil et le coeur.
Maurice Martin, n'a jamais cherché autre chose que nous faire partager sa joie.
Léguer, pour toujours, une sensation fugitive, n'est-ce pas un beau privilège ?

                                                                                            GEORGES POISSON
                                                                                               Conservateur Général
                                                                                                  du Patrimoine

Extraits de "Maurice Martin ou la Fidélité à la Nature"
© LivreStudio/ Quai Bourbon
Quai Bourbon,10 rue Boutarel, 75004 Paris


Préface du Catalogue de la Vente

Atelier Maurice Martin
Soissons
Mes Hervé Collignon et Frédéric Laurent
Dimanche 17 novembre 1996

……… Maurice Martin est né à Mormant, en Ile-de-Françe le 19 juillet 1894. En 1910 il arrive à Paris où il réalise ses premières toiles. De 1920 à 1930 il fréquentera l'Atelier de la Grande Chaumière, puis jusqu'à 1936 celui de Pierre Rigaud. Poussé par son entourage, il débutera ses premières expositions en 1932, notamment au salon des Indépendants, au salon d'Automne et au salon des Artistes Français. Vers 1936 Maurice Martin découvrira la vallée du Loing dont il partagera le charme avec Montezin. Cette rencontre sera l'occasion d'un véritable dialogue d'égal à égal par le vecteur de la peinture, dialogue que l'on pourrait rapprocher de celui qu 'auraient deux maestros qui joueraient sur une même partition, mais dans des styles différents.
Dans "Maurice Martin où la fidélité à la nature" édition livre studio, Gérald Schurr, indiscutable critique et collectionneur nous éclaire sur la personnalité de Maurice Martin : "Cette prodigieuse vitalité qui animait le peintre se reflète dans son œuvre, dans la fermeté de ses paysages dans, la belle économie d'une palette qui se fond avec la rigueur de l'écriture pour accorder une sorte d'unité, de synthèse plastique à l'ensemble de l'œuvre".
Et Jean Rigaud, fils du peintre P. Rigaud dans l'atelier duquel Maurice Martin s'était formé, de nous donner le verdict du professionnel après celui de l'esthète :
"Loin de copier, il interprétait la nature et la lumière en toute liberté... Ce qui frappe chez ce peintre c 'est qu 'il joue à l'huile avec une telle maîtrise que l'œuvre nous paraît née sans effort, la vision nette mais mouvante, et tout est dit sans être brutalement affirmé, sa pâte est nourrie et riche, ses coups de brosse font vibrer la lumière."
Maurice Martin saura explorer d'autres terres^ue celles de France, il ira ainsi capter les ambiances du Maroc vers 1950, de la Tunisie vers 1961 puis de Madagascar et d'Asie, contrées d'où il rapportera des scènes chatoyantes de couleurs.
Son œuvre trouvera les récompenses Qu'elle mérite à de nombreuses reprises, et recevra entre autres les prix suivants : - 1936 prix au salon des Artistes Français - 1942 médaille d'argent du même salon ;; 1946 médaille d'or du salon des Artistes Français, prix Corot, prix Rosa Bonheur - 1950 prix du Maroc - 1961 prix de Madagascar - 1969 prix de Tunisie.
De nombreuses expositions jalonnent sa carrière'en France comme à l'étranger (Londres, Tokyo, New York, USA, Vienne, Musée Pouchkine, l'Ermitage etc...).                                              .
La galerie Drouant lui consacrera une rétrospective en 1981, puis pour couronner ce talent un prix "Maurice Martin " sera créé dans le cadre de la fondation Taylor. Nous sommes donc en conclusion, particulièrement fiers et heureux de proposer aux enchères cet ensemble considérable qui s'apparente à une rétrospective à 'œuvres de Maurice Martin, artiste sans faiblesse, dont la cote en vente public est stable et soutenue. Nous souhaitons donc que le public saisira cette chance unique et ultime, qu'il aura d'acquérir une œuvre de cet artiste déjà devenu un classique. Il y a des occasions, comme la vente Lebasque en fut une, de saisir des opportunités qui ne se représentent jamais ; et la vente Maurice Martin en fait certainement partie. ...

Exposition
Maurice Martin

Documentations en téléchargement gratuit

L'Iliade par Jacques Martin
L'Odyssée par Jean- Noël Rochut

La Dame de Pique de Pouchkine par Alexandre Alymoff
Князь Игорь - Пушкин - La Dame de Pique - Documentation en russe

Les Normands en l'An Mil par Pierre Joubert

Le Dit du Prince Igor par Pierre Joubert
Князь Игорь - Le Dît du Prince Igor documentation en russe -

Catalogue 2013

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  WXYZ

Contact Jean-Paul MARTIN
06 10 78 78 76 - International: +336 10 78 78 76
galeriejpm@gmail.com

GALERIE -JPM   55 AVENUE MARCEAU 75116 PARIS
Site Web  © Galerie-JPM