Logo Galerie JPM

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  WXYZ

"Adieu ma Russie" d'Alexandre Alymoff

 Accueil
 Livres
  Bronzes
   Tableaux


Rechercher

Une reliure
Un thème
Un éditeur
Un Artiste
Un Auteur

INDEX

   A
   B
   C
   D
   E
      F   
   G
   H
   I
   J
    K
    L
    M
    N
    O
    P
    Q
    R
        S    
    T
    U
    V
       WXYZ  

Aux Editions Noir sur Blanc
http://www.libella.fr/noirsurblanc/accueil/

"Adieu ma Russie" par Alexandre Alymoff
http://www.libella.fr/noirsurblanc/index.php?post/2001/01/01/Adieu-ma-Russie-par-Alexandre-Alymoff

 

Cliquer pour agrandir l'image          Cliquer pour agrandir l'image

 

Rédigées principalement en français, ces notes prises sur le vif par un garçon de treize ans évoquent la révolution russe à Petrograd en 1917, mais surtout l’exode avec sa mère à travers la Sibérie occidentale jusqu’à la frontière chinoise. Alexandre observe, décrit, dessine et peint le spectacle de la débâcle qui se déroule autour de lui. Ce voyage change définitivement sa vie. Ni lui ni sa famille ne reverront la Russie.
Illustré de dessins et d’aquarelles, de gouaches et de cartes de l’auteur.
Alexandre Alymoff (1904-1976), fils du général Alymoff, naquit à Saint-Pétersbourg. Il fut élève des Beaux-Arts à Paris et devint architecte. Il s’engagea comme volontaire dans l’armée française durant la Seconde Guerre mondiale. Naturalisé français, il finira ses jours à Boulogne-sur-Seine en se consacrant au dessin et à l’aquarelle.

 

Cliquer pour agrandir l'image

 

Avant-propos :

Alexandre Appolinarievitch Alymoff  est né le 11 mars 1904 à Saint-Pétersbourg . Fils du général Appolinari Alymoff, il commence ses études au corps des cadets.
En 1917,  sous  la pression des événements, la famille se réfugie à Omsk en Sibérie occidentale qu’elle devra quitter en 1919 en direction de l’Est.
Ce sont les péripéties du voyage d’Omsk vers la Chine qu’Alexandre Alymoff a illustrées par une série de dessins et d’aquarelles, certaines rehaussées de gouache, de fusain ou de pastel.
Ayant retrouvé récemment deux cahiers d’écoliers, l’un  écrit en russe à l’âge de treize ans et retraçant sa vie à Petrograd en février et en mars 1917, l’autre écrit en français et retraçant la vie à Omsk et l’exil jusqu’à Irkoutsk, nous avons pu joindre aux illustrations ce texte écrit pendant le voyage.
Les dessins et quelques aquarelles datées de 1919 et 1920 ont été croqués sur le vif. Les aquarelles précèdent le départ d’Omsk ou suivent l’arrivée à Irkoutsk, périodes pendant laquelle le jeune homme pouvait se procurer des couleurs. Les dessin exécutés pendant le voyage en chemin de fer l’ont été avec les seuls moyens utilisables, crayon, papier et parfois bouts de carton.

Cliquer ici pour agrandir
Cliquer ici pour agrandi

D’autres aquarelles ont été exécutées plus tard, parfois à l’âge de la retraite, d’après croquis et souvenirs.  Accompagnées d’un texte écrit à l’âge adulte, elles montrent que tout au long de sa vie Alexandre Alymoff revint sur ce voyage, fossé qui sépare deux existences. Ce sont les seuls commentaires dont nous disposons au-delà d’Irkoutsk.

 

Cliquer ici pour agrandi
Cliquer ici pour agrandi


Le récit en français commence en mars 1919, quelques mois avant l’exode.
La famille d’Alexandre vivait à Omsk depuis deux ans.
Monsieur Alymoff, général à la retraite, déjà âgé de soixante ans, avait obtenu un emploi au Ministère de l’Agriculture. Madame Alymoff,  plus jeune donnait des leçons de piano et travaillait quelques heures au bureau de la Croix-Rouge américaine. Alexandre Alymoff était élève au corps des cadets, et son père avait obtenu pour la famille une chambre dans le même immeuble.
Le journal de l’adolescent nous fait partager les émotions d’une famille obligée de se séparer et d’un jeune homme quittant pour toujours son pays et ses racines mais curieux de ce qu’il découvrira au fil des étapes.
Comme l’explique le jeune Alexandre dans sa préface, le journal de voyage, commencé le 19 août,  relate souvent des évènements déjà passés.  A coté de la plupart des en-têtes de chapitre figure la date de la rédaction des évènements.
Le texte a été autant que possible respecté (récit tantôt au présent, tantôt au passé). On a toutefois corrigé quelques tournures de phrase maladroites qui rendaient la lecture difficile. Il ne faut pas oublier que tout cela a été écrit par un jeune garçon de quinze ans dans une langue étrangère.

S.Walden

 

Note de l’éditeur.


Beaucoup de textes ont été écrits sur la révolution russe ; beaucoup d’illustrations ont été réalisées sur cette période.
Mais l’originalité de l’ouvrage que nous présentons ici tient d’abord à l’âge de l’auteur : treize ans lors des évènements de Petrograd ; quinze ans au moment de l’épopée sibérienne d’Omsk à Harbin. Ensuite, la rareté des textes sur le voyage sibérien le rend d’autant plus attachant que les dessins et illustrations qui l’accompagnent sont un témoignage vivant et réaliste de cette période sombre de l’histoire de la Russie.

 

Cliquer ici pour agrandir l'image Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Les textes et les illustrations ont été rassemblés par Madame Jean Walden.
Rappelons qu’à la fin de la Première Guerre Mondiale, la Sibérie fût le théâtre de combats qui opposèrent les forces soviétiques aux troupes  tsaristes commandées par l’amiral russe  Koltchak. En octobre 1918, il organisa à Omsk en Sibérie, avec l’appui des Alliés, un gouvernement russe dont l’autorité était reconnue par Denikine. Des missions militaires anglaise et française y furent accréditées, et des unités lettonnes et des contingents tchèques formées de déserteurs ou de prisonniers  de l’armée autrichienne rejoignirent les troupes tsaristes. Ces troupes furent chargées par les Alliés de contrôler le Transsibérien et les bases alliées de Sibérie, notamment Vladivostok. Après quelques succès l’organisation de Koltchak s’effondra et son armée battit en retraite devant les bolcheviks qui, en octobre menacèrent Omsk. Koltchak se réfugia à Irkoutsk. Il fut fusillé le 7 février tandis que ses troupes se repliaient à Vladivostok.
Une mission militaire française dirigée par le général Janin organisa leur rapatriement en Europe. 

Le prix de ce livre est de 20,73 €  pour le commander :
+336 10 78 78 76
Galerie JPM – 55 av. Marceau 75116 – Paris
galeriejpm@gmail.com

Editions Noir sur Blanc:
http://www.libella.fr/noirsurblanc/accueil/

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

Cliquer ici pour agrandir l'image

 

cliquer ici pour agrandir l'image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Telechargements de documentations sur des Livres de Bibliophilie (30 titres)

L'Iliade par Jacques Martin
L'Odyssée par Jean- Noël Rochut

La Dame de Pique de Pouchkine par Alexandre Alymoff
Князь Игорь - Пушкин - La Dame de Pique - Site russe

Le Dit du Prince Igor par Pierre Joubert
Князь Игорь - Le Dît du Prince Igor Site russe

Les Normands en l'An Mil par Pierre Joubert

Catalogue 2013

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  WXYZ

Contact Jean-Paul MARTIN
06 10 78 78 76 - International: +336 10 78 78 76
galeriejpm@gmail.com

GALERIE -JPM   55 AVENUE MARCEAU 75116 PARIS
Site Web  © Galerie-JPM